Adhésion à GPC

Pourquoi devrais-je être membre de GPC?

  • La profession est confrontée à plusieurs difficultés entraînées par les changements importants qui s’opèrent dans les systèmes d’administration et d’aménagement des terres au Canada et à l’étranger. Ces changements comprennent l’avancement rapide des technologies de localisation, la mise en œuvre de systèmes en ligne et l’examen public en évolution dont font l’objet les experts dans toutes les professions. En étant membre de GPC, vous ajoutez votre voix à celle d’un collectif d’arpenteurs-géomètres professionnels pour veiller à ce que nous soyons entendus et à ce que notre rôle de gestionnaire des terres soit compris.
  • En tant que professionnel indépendant ou représentant de l’association de réglementation de votre province, il peut y avoir un conflit d’intérêts éventuel ou perçu lorsque vous défendez l’intérêt public en général. En tant qu’organisme de défense indépendant, GPC vous permet de remplir votre obligation conforme à l’éthique et prévue par la loi de protéger le public et d’assurer l’intégrité du cadastre canadien.

Pourquoi est-ce important pour GPC de faire du travail de défense d’intérêts?

  • La profession d’arpenteur-géomètre a besoin d’une voix forte pour promouvoir la gestion efficace et durable de nos systèmes nationaux d’arpentage et d’enregistrement des actes dans l’intérêt du public. Pour cela, il faut communiquer clairement à tous les ordres de gouvernement le rôle et l’obligation de l’arpenteur-géomètre professionnel, en vertu de la loi, de conserver une infrastructure d’arpentage efficace et accessible au public et de fournir à ce dernier des produits et des renseignements qui font autorité en matière d’arpentage.
  • Les arpenteurs-géomètres professionnels possèdent une expérience et des connaissances spécifiques qui permettent de relever et de prévenir des changements d’ordre législatif qui auront un effet adverse sur le public en général. Dans bien des cas, nous sommes le seul groupe de défense d’intérêts disponible pour militer contre de telles mesures ou pour militer en faveur de la modification de lois ou de politiques actuelles qui sont préjudiciables au public.
  • Comme constaté dans la plupart des professions, il est préférable que les messages de défense d’intérêts soient communiqués en dehors des ordres professionnels constitués en vertu de la loi, dont le rôle principal est de réglementer la profession et l’exercice de l’arpentage. GPC n’a aucun lien officiel avec les organismes de réglementation professionnelle prévus par la loi au Canada et est donc parfait pour ce rôle. GPC est une association sans but lucratif représentant les arpenteurs-géomètres du Canada et a été créé pour faire prendre conscience, à l’échelle du gouvernement et du public, de l’importance fondamentale des systèmes d’arpentage du Canada et du rôle de l’arpenteur-géomètre dans la protection des droits de propriété et l’assurance d’une administration efficace des terres.

Qu’arrive-t-il si un organisme de délivrance de permis renonce au modèle d’adhésion globale?

Vous pouvez continuer d’être membre à titre individuel en payant votre adhésion directement sur le site Web de GPC. Les membres de chaque association ont le choix entre une adhésion globale et une adhésion à titre individuel. S’ils optent pour une adhésion de groupe, tout le monde économise.

Et qu’en est-il du rapport Cayton? Devrons-nous mettre fin à notre association avec GPC?

Rien n’indique dans le rapport qu’il faut une séparation complète des organismes de délivrance de permis et des groupes de défense d’intérêts. Le rapport traite de différents secteurs de l’industrie des soins de santé, et non d’une profession en particulier. Si une association ou GPC travaillait activement pour son propre intérêt, il y aurait alors un problème. Je ne peux parler au nom de chaque association, mais tout ce que fait GPC est dans l’intérêt public.

Qu’est-ce que GPC a accompli jusqu’ici?

  • GPC a milité activement en faveur d’ajouts au projet de loi S-229 – Loi visant à accroître la sûreté des infrastructures souterraines. Bien que cette loi ait expiré au Sénat, notre travail a permis à GPC de créer des liens avec des dizaines de législateurs et de promouvoir nos positions officielles sur l’arpentage et la cartographie de l’infrastructure souterraine. Un exposé de position complet sur les infrastructures souterraines au Canada a par ailleurs été élaboré et publié.
  • GPC a milité activement en faveur de l’apport de deux modifications au projet de loi C-69. Le Comité sénatorial chargé d’examiner les modifications proposées a adopté une norme de profondeur de remuement du sol, laquelle n’a toutefois pas passé l’étape complète du vote du Sénat. La deuxième modification proposée aux exigences relatives aux zones réglementées n’a pas été adoptée directement dans la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, mais est actuellement mise en œuvre par une modification de la définition de zone réglementée dans les règlements pris en application de la loi, qui limite la définition à une emprise de services publics arpentée. Les propriétaires fonciers sont ainsi protégés contre les grèvements de leurs terrains dont ils n’ont pas été avisés ou pour lesquels ils n’ont pas été indemnisés.
  • GPC a créé trois vidéos sur tableau blanc montrant l’importance de l’arpenteur-géomètre dans le processus d’achat d’une maison et dans le processus de lotissement, ainsi qu’une vidéo sur l’assurance de titres et l’arpentage d’une propriété. Trois autres vidéos ont été produites, qui illustrent les trois grandes positions de GPC à l’égard des infrastructures souterraines. Ces vidéos sont conçues pour attirer l’attention du grand public et pour servir de ressource utile pour les prochaines décennies.
  • Depuis 2018, les campagnes de publicité en ligne de GPC ont amené plus de 50 000 utilisateurs individuels à notre site Web, qui ont passé au moins une minute à regarder notre contenu.
  • GPC a participé au processus de consultation publique mené pour examiner la norme S250 de la CSA sur la cartographie de l’infrastructure souterraine, a présenté notre position à la CSA dans plusieurs formats et a publié nos positions sur notre site Web.
  • GPC est membre ou participant du conseil ou de sous-comités de la Canadian Common Ground Alliance (CCGA), de l’Open Geospatial Consortium (OGC) et de l’International Land Measurement Standard (ILMS). Nous avons également conclu un protocole d’entente avec des organisations sœurs : la National Society of Professional Surveyors (NSPS) des États-Unis, l’Asociación Española de Geómetras-Expertos (AEGEX) de l’Espagne, et la Consulting Surveyors National (CSN) de l’Australie. Ces liens permettront à GPC d’être à l’avant-garde des tendances et d’appliquer des solutions utilisées par d’autres organismes aux problèmes avec lesquels l’industrie d’arpentage professionnel canadien est confrontée.
  • GPC a travaillé avec toutes les associations de réglementation provinciales pour se réunir sous une seule marque reconnue à l’échelle nationale : P. Surv. La désignation P. Surv. est un outil essentiel de reconnaissance publique ainsi que de défense des intérêts publics et de protection du public.
  • GPC s’est forgée une nouvelle réputation d’autorité de consultation en matière de cartographie, de mesure, de titre et de frontières. GPC reçoit maintenant des demandes non sollicitées d’information et de consultation que l’organisation ne recevait pas il y a cinq ans.
  • Le site Web de GPC a été élaboré à nouveau pour être plus compatible aux appareils mobiles. Soixante-dix pour cent (70 %) des visites du site Web sont effectuées à partir d’appareils mobiles.
  • GPC a facilité l’atelier « Réagir au changement – Les frontières en évolution de l’exercice de la profession », et le rapport connexe en 2019. GPC est maintenant une corporation ayant recours à la sollicitation et est admissible à recevoir des subventions fédérales pour ses initiatives, telles que l’atelier et le rapport « Réagir au changement – Les frontières en évolution de l’exercice de la profession » susmentionnés.
  • GPC continue d’offrir le seul programme d’assurance responsabilité civile professionnelle pour les arpenteurs-géomètres par des arpenteurs-géomètres, et le seul programme avec une assurance-retraite pour la vie. Ce programme a été renforcé et a gagné en compétitivité grâce aux efforts du Comité d’assurance responsabilité civile professionnelle de GPC. Des études actuarielles sont menées régulièrement pour assurer la force et le caractère abordable du programme.

Votre adhésion à GPC est un témoignage éloquent de votre engagement à approfondir la connaissance du public de la profession d’arpenteur-géomètre, à protéger l’intérêt public pour les terres et à gagner la confiance du public dans le métier d’arpenteur-géomètre autorisé.

Share Button